> Quelques minutes de méditation

Que diriez-vous de vous poser dans votre corps, dans la sensation d’être simplement en vie, l’espace d’un instant, ou cinq minutes à la fin de la journée; de rester étendu(e) sur le lit, voire assis(e) à ne rien faire, le soir ou au lever du jour, avant même que vous ne sortiez du lit?

 

Quel effet cela ferait-il?

 

Soyez présent(e) en ne saturant pas délibérément l’instant de tout et de n’importe quoi, en particulier d’inquiétudes sur l’avenir et sur tout ce que vous “devriez” faire, ou de ressentiments envers ce qui s’est déjà produit, mais pas exactement comme vous l’auriez désiré.

 

Soyez conscient(e) de ces émotions si elles surviennent, en particulier la peur, l’inquiétude ou la tristesse et cherchez à simplement respirer en elles un peu plus longtemps que vous ne pensez pouvoir tenir…

 

Prenez ce temps pour vous. Autorisez-vous à être tel(le) que vous êtes, à cet instant, sans vous juger, sans vouloir être autrement que ce que vous êtes.

 

Terminez cette méditation en vous remerciant de vous être accordé(e) ce temps.

 

Et si la pensée que vous auriez pu faire autre chose à la place survient, ne la jugez pas, acceptez-la comme faisant partie de votre méditation.

 

Respirez profondément.

 

Respirez encore.

 

Respirez. 

 

Auteur > Olivier Pilette